60’s Reverb Central !!

vintage-hawaii_ss_010_596x334

Aujourd’hui on fait péter la reverb!

Une méchante sélection de pure surf music!!

Du classique, de l’obscur, de l’instrumental, du vocal, du symphonique, du virtuose, du bancal et pas mal d’autre chose aussi.

Tous tirés de ce que l’on appelle communément la « first wave » (1961-1965).

Si il y a foison de groupes instrumentaux dès la fin 50, avec comme chefs de files Duane Eddy (le précurseur twangy), Link Wray (le grand frère des loubards et sa fuzz au couteau, dont le 45trs Rumble fut interdit  pour incitation à la violence en 58) et les Ventures, le top du top en terme d’instru-band (qui sont toujours de véritables demi-dieux au Japon, bien avant et bien plus que Mireille Mathieu et Patricia Kass réunies). Il faut attendre début 60 et l’arrivée en Californie de Dick Dale (le king of surf guitar! pas moins) qui tous les soirs explose le « Rendezvous Balltimore » club avec ses Del-Tones (et accessoirement celle des Beach Boys, pour la signature vocale des morceaux chantés), pour que musiciens et aspirants se tournent vers l’océan et ce nouveau son. Musicalement, il y a d’abord ce rythme spécial à la batterie (le fameux tata/ta), et surtout les « cadeaux » de Mr Léo Fender au R’n’R : le son clair de ses amplis, ses guitares Jaguars et ses Reverb-Units. Et ça sonne d’enfer Hubert! Beaucoup de groupes instrus incorporent le surf à leurs set-lists qui jusqu’à présent étaient plutôt orienté Rock’n’Roll et Rhythm ‘n’ Blues. Et de suite aussi, une (nouvelle) génération d’ados monte leur premier groupe, évidemment 100% pure surf.

zorba and the greeks

On retiendra surtout la version instru du Surf, pour ses mélodies mystérieuses, ses rythmes intrépides et sa reverb (à ressort svp) qui carillonne. La version vocale est elle, largement de suite beaucoup plus poppy, et l’on en perçoit malheureusement aussi plus vite les limites (girls/car/sun/fun). Le genre accouchera d’un petit frère, la Hot-Rod Music, pour la version vocale on change rien (à part l’environnement, là le bitume fantasmé), mais pour la version instru on revient à un rythme plus basic-rock, on baisse la reverb et on fait péter la fuzz (Davie Alan).

Si en termes de hiérarchie, les instruments que sont la guitare électrique et le saxophone s’étaient toujours tiré et partagé la couverture question leads depuis les débuts du rock. L’absence de chant dans le surf instru, fait que la guitare prend de-facto la place vacante, laissant au second peau de chagrin. De là à conclure que le Surf a tué le sax, mouai… Dans tous les cas il faudra attendre la formation d’Indochine pour le grand retour du saxophone.

Et maintenant, laissez la Surf venir vous lécher les oreilles (et les côtes!).

Cowabunga!!!

Musique , , , . Bookmark the permalink

Une réponse à 60’s Reverb Central !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *